CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY

Rapport séjour recherche P Rousseau

A. Encadrement institutionnel et projet général Le séjour de recherche a été effectué au sein du Laboratoire d’anthropologie des institutions et organisations sociales (LAIOS). Situé à Paris, le LAIOS est un centre affilié à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et au Centre national de recherche scientifique (CNRS). Les chercheurs membres travaillent au développement d’une anthropologie des pouvoirs, des institutions et des organisations dans les sociétés contemporaines avec une attention particulière aux espaces politiques, ceci afin d’éclairer les processus en cours trop souvent simplifiés sous les traits imprécis et indéfinis de la « mondialisation ». Ces divers enjeux sont au coeur de mon propre intérêt pour l’UNESCO et la récente élaboration de la Convention visant la protection et promotion de la diversité des expressions culturelles élaborée en son sein et ratifiée en 2007. D’une durée de deux mois, du 30 avril au 19 juin 2010 , le stage de recherche s’est fait sous la supervision du professeur Marc Abélès (EHESS). Celui-ci a été réalisé avec succès.

B. Les objectifs du projet de stage Les objectifs suivants avaient été élaborés lors de ma demande d’aide financière : 1) Favoriser l’enrichissement de la formation doctorale en assistant à des activités scientifiques à l’extérieur du Québec, en l’occurrence à l’EHESS de Paris à laquelle se rattache le LAIOS. Plus précisément, il s’agissait de profiter pleinement des conférences et rencontres scientifiques avec les chercheurs et doctorants du LAIOS. 2) Maintenir la collaboration scientifique déjà bien établie entre le LAIOS et l’Université de Montréal par l’entremise du professeur Mariella Pandolfi et du directeur du LAIOS, le professeur Marc Abélès. 3) Bénéficier d’un encadrement pédagogique, me permettant de peaufiner mon cadre théorique. Ceci se fera en assistant à divers séminaires offerts par les membres du LAIOS me permettant ainsi d’approfondir les axes théoriques utiles à l’interprétation des données recueillies. 4) Poursuivre et finaliser la collecte de données sur le terrain. D’une part, à Paris, au siège de l’UNESCO où j’ai déjà réalisé deux terrains, d’abord dans le cadre de mon mémoire (2003) et, ensuite, dans le cadre de mon doctorat (2005). D’autre part, prolonger ce terrain hors du seul cadre de l’UNESCO et investiguer trois Coalitions pour la diversité culturelle : la coalition française pour la diversité culturelle (Paris), la coalition allemande (Berlin) et la coalition belge (Bruxelles).

B.1. Objectifs 1 à 3 Il va sans dire que ce séjour de deux mois au sein de l’équipe dynamique du LAIOS fût un enrichissement académique indéniable. J’ai pu profiter pleinement de l’accueil chaleureux et de la grande disponibilité des membres du LAIOS pour discuter de divers enjeux qui traversent mes propres recherches et ce, à travers les différents cadres institutionnels offerts par le LAIOS. D’abord, ces échanges ont pu se faire à travers les séminaires offerts par le LAIOS. Tel que prévu, j’ai pu assister tout au long de la durée de mon séjour aux séminaires les plus pertinents pour mes recherches. L’expérience m’a donc permis de donner une profondeur théorique et empirique à mon projet de recherche. De plus, la chance me sera offerte de donner lieu à des collaborations scientifiques, à plus ou moins long terme, tant au niveau de la recherche que de la diffusion scientifique. Le maintien de la forte collaboration entre le LAIOS et l’Université de Montréal semble donc en voie d’être solidement maintenu.

B.2. Objectifs 4 Ce séjour avait aussi pour but, comme je le mentionnais dans ma demande, de porter une attention particulière à la question de la société civile. En effet, en parallèle au débat interétatique à l’UNESCO, s’est constitué un réseau international de coalitions pour la diversité culturelle qui ont joué un rôle-clé dans l’élaboration de la convention, mais aussi dans sa médiatisation. À cet effet, l’encadrement offert généreusement par Marc Abélès s’est avéré un outil particulièrement pertinent pour bien saisir les nuances théoriques et méthodologiques qui s’imposent au chercheur face à un tel phénomène de mobilisation politique dans le contexte de la mondialisation. Il a notamment été question de porter une attention particulière aux rapports entretenus entre les organisations non gouvernementales (ONG) et l’État :
  Comment ces coalitions conçoivent-elles leur rôle politique et quel est le rapport concret établit avec l’État ?
  Quelles sont leurs stratégies de regroupement leur permettant de rendre visibles leurs revendications ? Non seulement l’accès aux coalitions française, allemande et belge a été grandement facilité par ma présence à Paris (recherche réalisée à travers des entretiens ponctuels avec les personnes les plus au fait quant au fondement et aux activités concrètes des coalitions), mais l’écriture de la thèse en a été d’autant plus enrichie. Le va-et-vient entre le terrain, les séminaires et les activités diverses a été un contexte particulièrement riche qui me permettra de finaliser avec confiance la thèse pour décembre 2010.

Phillip Rousseau Candidat au Ph.D. Université de Montréal/EHESS