CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY
le vendredi 20 janvier 2017

Rapport séjour recherche L Borzillo

RAPPORT CCEAE Financement de recherches doctorales 2016

Nom : Borzillo Titre de la thèse : Les corps expéditionnaires bi/multinationaux en Europe : analyse comparée des politiques d’alliance de la France et de l’Allemagne (1991-2016) Directeurs de thèse : Pr. Joana Jean, Pr. Mérand Frédéric Universités : université de Montpellier, université de Montréal (cotutelle de thèse)

Période de terrain : novembre et décembre 2016 Lieux : France (fin novembre), Berlin (du 3/12 au 18/12), Bruxelles (du 18/12 au 21/12) Montant du financement obtenu : 1000 dollars

Nombre de personnes interviewées : 15 (11 à Berlin/Allemagne, 2 à Paris, 2 à Bruxelles) Personnes contactées, n’ayant pu se libérer malheureusement durant la période, mais avec qui des échanges ont déjà eu lieu, permettant d’ores et déjà de conclure des rendez-vous téléphonique vers janvier/février 2017 : 3

Apports du soutien du CCEAE et des séjours réalisés : Bien que déçu par le nombre d’entretiens obtenus – espérant initialement pouvoir en réaliser près d’une trentaine – les séjours ont permis d’accéder à de précieux renseignements, permettant d’éliminer certaines fonctions initialement retenues (allégeant ce faisant le nombre total d’entretiens à mener : +/- une vingtaine de personnes en moins).

Concernant les occasions où des discussions quant à un éventuel emploi de la brigade franco-allemande ou/et des groupements tactiques européens eurent lieu, deux entretiens comportent à ce sujet nombre d’informations : tant sur ces occasions, qu’en partie sur l’origine d’éventuels blocages (le refus de l’envoi de la brigade franco-allemande en Afghanistan en 2009 étant apparemment à rechercher du côté du ministère français de la défense).

Les entretiens à Bruxelles ont permis par ailleurs, d’une part de continuer à affiner la liste des fonctions à cibler de l’appareil décisionnel allemand, et d’autre part d’obtenir plus d’informations quant au processus de sélection des partenaires de l’Allemagne pour les groupements tactiques européens.

Ainsi que cela a été mentionné, un certain nombre de fonctions a été éliminé, du fait des entretiens obtenus. Il s’agit essentiellement des fonctions de directeur de cabinet au sein des ministères allemands (tant celui de la défense que des Affaires étrangères), ainsi que des parlementaires.

Concernant ces derniers, quelques doutes subsistent. Par conséquent, par gain de temps et prudence dans la recherche, nous comptons interroger les autres personnes concernées, et en cas d’informations indiquant que certains parlementaires prirent part aux décisions, nous contacterons alors ceux-ci. Si cela s’avère ne pas être le cas, cela constituerait d’ailleurs un élément supplémentaire démontrant le faible pouvoir du Bundestag (à rebours de l’image communément admise) – faiblesse déjà observée lors de l’élaboration du livre blanc de la défense de 2016 (terrain réalisé au printemps 2015 au sein de la commission Défense du Bundestag).

Afin d’éviter la même mésaventure avec les fonctions listées de l’appareil décisionnel français, nous avons procédé non pas à la suppression de certaines entrevues, mais à une hiérarchisation de celles-ci. Les postes plus à même d’avoir été directement impliqués constitueront ainsi dans les prochaines semaines la majeure partie des entretiens menés, les propos contenus dans ceux-ci nous permettant par la suite d’estimer si les fonctions secondaires retenues initialement nécessiteront des entretiens.