CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY

Rapport de séjour de recherche - Jon-Tomas Godin - 2008

Présentation
Dans le cadre de son programme de bourses, le Centre canadien d’études allemandes et européennes m’a offert une bourse de séjour pour compléter et présenter ma recherche sur les liens d’influence entre Ann Radcliffe et E.T.A. Hoffmann. Ce projet, conçu en collaboration avec une collègue de l’université Cornell, revêt un caractère interdisciplinaire entre la littérature et la musicologie. Notre projet a connu en grand succès au Colloque interdisciplinaire de musicologie 2008, où nous avons présenté la première phase de notre recherche. Dans ce rapport, je vous fournirai des détails sur le projet comme tel, sur le déroulement du colloque et sur les résultats de la recherche et l’avenir du projet.

Le projet
La recherche que nous avons effectuée se base principalement sur les écrits de deux auteurs très célèbres en leur temps, et toujours bien connus aujourd’hui : Ann Radcliffe, écrivaine célèbre et prolifique du mouvement gothique en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, et E.T.A. Hoffmann, auteur de critiques musicales et de contes qui fut une des étoiles brillantes du romantisme littéraire allemand. Nous proposons que leurs écrits se rejoignent à plusieurs niveaux, mais celui qui nous a principalement intéressés ici est leur utilisation de la musique—dans divers contextes. Nous avons formulé une approche qui nous permet d’analyser la description musicale dans un texte littéraire. Cette approche met en évidence certaines stratégies communes aux deux auteurs qui jette la base d’une comparaison détaillée du traitement de la musique dans leurs esthétiques respectives. Notre méthode consiste à circonscrire trois stratégies particulières, qui nous nommons « rhétoriques » qui accompagnent toujours un événement musical dans les romans et les contes de nos deux auteurs. Ces rhétoriques sont celles de la possession, de l’internalisation (« embodiment ») et du déjà entendu. Chacune de ces stratégies rhétoriques accompagne une vision particulière de la musique décrite ; mais plus est, elle révèle aussi une façon d’écouter ou d’entendre cette musique. L’esthétique gothique soigneusement cultivée par Radcliffe se voit adoptée, quelques modifications à part, dans les textes de Hoffmann. De cette façon, nous retrouvons un lien peu étudié entre ces deux auteurs. Plus important, vu la variété des occupations littéraires de Hoffmann, ce lien illumine une influence possible d’un mouvement littéraire sur un des mouvements les plus importants de l’histoire musicale européenne post-révolutionnaire : le romantisme. Puisque nous retrouvons des traces certaines du style gothique dans les écrits de Hoffmann, tant critiques de Märchen, nous postulons ce lien d’influence. Au fait, les critiques de Hoffmann, qui précèdent les premiers contes de quelques années, sont parfois même repris sous forme de récits de fiction. Les comparaisons entre ces deux types de textes dans l’œuvre de Hoffmann, et les similarités étonnantes dans les processus de description que nous trouvons, permettent d’affirmer que l’esthétique gothique a eue un impact sur la critique musicale des premières décennies du XIXe siècle.

Le colloque
Bien que son titre contienne le mot « interdisciplinaire », le Colloque interdisciplinaire de musicologie vise plutôt une interdisciplinarité assez restreinte. Les chercheurs qui se retrouvent traditionnellement à ce colloque sont plutôt des chercheurs intéressés aux intersections entre les mathématiques, les sciences cognitives, les sciences informatiques ou la composition et la musicologie. La majorité des quatre journées de sessions était naturellement dévouée à justement ce genre de recherche. Mêlées à ces sessions, il y a bien sur eu des présentations plutôt dirigées vers l’étude de la musique grecque, vu les lieux du colloque. Toutes ces sessions portaient un regard soit sur les musiques d’avant-garde, soit sur les musiques folkloriques/traditionnelles du pays ; les approches historiques et littéraires étaient rares. Il n’est donc pas surprenant que la session qui a eu le plus grand impact pour nous a été la session contenant notre propre présentation. Un des premiers commentaires qui nous a été adressés est un remerciement d’avoir eu l’audace et l’adresse de présenter un projet entièrement conçu dans le cadre des sciences humaines. Mais nous avions un but particulier en tête lorsque nous avons décidé de présenter à ce colloque : il nous semblait que notre projet pourrait avoir des retombées du côté des études de la perception en musique. Comme ma co-chercheure et moi ne sommes ni l’un ni l’autre spécialistes de ce domaine, nous avons décidé de présenter notre projet dans un milieu qui pourrait nous lancer sur des nouvelles pistes. Nous n’avons pas manqué notre coup : une question en particulier nous a montré que notre schématisation des stratégies rhétoriques ressemble à une schématisation de stratégies de perception élaborée par un psychologue de la musique. Nous considérons donc ce colloque une grande réussite, puisqu’il nous a ouvert une deuxième piste de recherche sur ce même projet.

Les résultats
Nous croyons que les bases que nous avons jetées dans les mois d’hiver ont fondé un projet qui a beaucoup d’avenir. Tel que nous le concevons en ce moment, notre projet se développera sur deux axes principaux : premièrement, l’axe du lien entre les stratégies rhétoriques à l’écrit et les stratégies de perception auditive ; et l’axe des liens d’influence et de réception entre les divers auteurs et courants littéraires et musicaux. Dans un avenir plus rapproché, nous comptons poursuive notre recherche plutôt du côté des liens entre notre système et la réception de la musique romantique. Nous avons déjà été acceptés à un grand rassemblement de chercheurs en sciences humaines, où nous comptons discuter des affinités entre la réception d’œuvres littéraires et la réception d’œuvres musicales, et de la possibilité d’interactions entre les deux. En plus, vu le franc succès de notre approche lors du colloque à Thessalonique, nous avons l’intention de rédiger un article, en vu de le publier dans un périodique tels que Music and Letters ou possiblement Nineteenth-century Music.