CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY

Rapport de séjour de recherche - Marie Christine Boucher

Rapport pour faire suite à l’obtention d’une bourse pour séjour de recherche du CCEAE

En juin dernier, j’ai bénéficié d’une bourse du Centre canadien d’études allemandes et européennes qui m’a permis de faire un séjour de recherche de six semaines de mai à juin 2013 à Heidelberg. Je souhaite porter à votre connaissance les objectifs que j’ai réalisés lors de ce séjour de recherche. Mon travail consiste en trois grandes parties, dont la plus importante est une traduction vers le français d’un essai de Hugo Loetscher intitulé äs tischört und plutschins, puisqu’il n’existe toujours pas de version française à ce jour. J’ai fait ce travail avec le souci de bien traduire Loetscher pour un public québécois qui n’est pas familiarisé avec cet auteur. Ses romans ont en partie été traduits en français, mais Loetscher reste totalement inconnu au Québec. La traduction de cet essai qui traite de la position des langues – et particulièrement des langues en position plutôt minoritaires – serait une bonne introduction pour cet auteur au Québec ;

La deuxième partie consiste en une typographie des difficultés de traduction que j’ai eu à surmonter pendant mon travail. Cette partie comprendra aussi une réflexion sur les différentes façons dont je pourrais adapter le texte pour plusieurs publics francophones, puisque cette traduction pourrait aussi s’adresser à un public européen. Elle comprendra aussi une réflexion sur la manière de traiter des concepts qui ne correspondent pas à la réalité du public québécois ;

Dans la troisième et dernière partie de mon travail, je me concentre sur la réception critique et populaire de l’œuvre de Loetscher en Allemagne. En effet, les textes de cet auteur ne sont pas très connus en Allemagne, alors qu’il est considéré en Suisse comme un auteur d’une importance presque aussi grande que Max Frisch ou Friedrich Dürrenmatt – dont il est à la fois contemporain et héritier – qui eux sont très connus en Allemagne, à un point tel que les Allemands ont tendance à oublier qu’ils sont des auteurs étrangers.

Mon séjour à Heidelberg m’a permis de consulter des documents au sujet des deux auteurs ci-haut mentionnés ainsi que quelques autres de leurs contemporains comme Peter Bichsel et Iso Camartin, notamment des documents audiovisuels, auxquels je n’aurais pas eu accès autrement. Comme l’université compte aussi un département de traduction, j’ai pu profiter de la bibliothèque de l’Institut für Übersetzen und Dolmetschen pour consulter des ouvrages de référence sur la traduction de l’allemand au français qui sont plutôt difficile d’accès ou carrément impossible à trouver au Québec. Mon séjour dans un milieu germanophone, dans une ville universitaire comme Heidelberg, de surcroit, m’a permis d’achever ma traduction de l’essai, me permettant de me concentrer ensuite sur l’analyse des documents récoltés lors de mon séjour. Ma présence à Heidelberg m’a également permis de faire un détour par la Suisse, à la Bibliothèque nationale suisse à Berne plus précisément, où se trouvent les archives personnelles de Loetscher. J’ai pu consulter nombre de documents audiovisuels, dont beaucoup d’entrevues et de portraits télé ou radio de l’auteur. Ces archives m’ont été d’autant plus utiles puisque très peu d’auteurs ont écrit sur Loetscher à ce jour, les sources secondaires sont donc plutôt rares.

Marie-Christine Boucher