CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY

Rapport de séjour Monica Grigore 2012

En septembre 2012, j’ai commencé mon deuxième séjour de recherche en Roumanie. Ce séjour, réalisé entre autres grâce à la bourse offerte par le Centre canadien d’études allemandes et européennes en octobre 2012 m’a permis de finaliser mon travail de recherche en Roumanie.

Mon projet de thèse a pour objet un large répertoire de rituels et de croyances mobilisés autour de l’idée de pouvoir influencer le sort, répertoire qui dépasse parfois la frontière de l’église. Ainsi, le fait d’aller dans des pèlerinages pour prier et embrasser les reliques et les icônes censées faire des merveilles ou le fait de se doter avec des artefacts religieux comme l’eau bénite, les icônes ou l’huile sainte ont comme but de fins spirituelles, mais aussi de fins plus pragmatiques comme celles de résoudre de problèmes quotidiens de la vie (maladies, pauvreté, réussite sociale ou professionnelle).

Ma recherche ne propose pas une analyse des dogmes, mais plutôt de comprendre la religion vécue des Roumains de culte orthodoxe dans le contexte postcommuniste. J’envisage la religion vécue comme étant un lieu où la religion, la magie et la superstition s’entrecroisent sans avoir la conscience d’une contradiction avec les doctrines religieuses. Il s’agit de comprendre quel sens spécifique prend la conduite de vie du croyant orthodoxe soumis à deux contraintes : le désir d’influencer le sort et la résignation devant le sort.

Mes objectifs pour ce deuxième séjour de recherche en Roumanie visaient de réaliser une observation participante dans quatre églises situées à Bucarest, dans plusieurs pèlerinages et dans un milieu laïque qui pourrait servir de groupe contrôle pour ma recherche. Aussi, j’envisageais de réaliser plusieurs entretiens semi-dirigés avec des sujets recrutés dans les lieux où je faisais mon observation participante et de finaliser la documentation dans les bibliothèques locales.

Durant le deuxième séjour en Roumanie (12 septembre – 3 décembre 2012), j’ai fait observation participante en quatre églises situées à Bucarest : l’Église St. Anton, l’Église St. Ciprian, l’Église St. Nicolae et l’Église St Ioan Botezatorul. Le choix des ces églises a été fait à la suite des observations et des entretiens réalisés durant le premier voyage en Roumanie (13 avril – 31 mai 2012). Ensuite, j’ai continué mon observation participante en six pèlerinages répartis entre les quatre provinces historiques de la Roumanie (Transylvanie, Valachie, Moldavie et Dobroudja). Ils ont été choisis principalement en fonction de leur popularité parmi les Roumains orthodoxes. Au rôle de groupe contrôle, j’ai choisi une école située dans la proximité de la ville de Bucarest.

À cette école, j’ai travaillé comme bénévole pour deux mois dans le but d’observer dans quelle mesure et de quelle manière la religion se retrouve dans le quotidien des individus dans un espace laïc. Une vingtaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés dans cette période avec des personnes sélectionnées parmi le personnel de l’école et parmi les personnes rencontrées dans les églises fréquentées à Bucarest et dans les pèlerinages auxquels j’ai participé. Un regard attentif a été accordé aux gestes quotidiens posés par des individus dans l’espace public et privé. De même, une attention spéciale a été accordée à la prise de photos et aux artefacts religieux comme l’eau bénite, les icônes et l’huile sainte. Une recherche documentaire a été faite à la Bibliothèque Centrale Universitaire Bucarest.

Monica Grigore