CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY

Rapport de Martina Chumova

Rapport suite à l’obtention d’une bourse pour séjour de recherche du CCEAE

En janvier dernier, j’ai effectué un séjour de recherche de deux semaines à Nuremberg. Puisque j’ai pour ce faire bénéficié d’une bourse du CCEAE, voici un rapport des objectifs atteints durant ce séjour, et, pour situer ces derniers, d’abord un résumé de mon projet de maîtrise, dans le cadre duquel s’inscrit ledit séjour de recherche.

L’objectif général de mon projet de maîtrise est d’analyser les discours sur l’allaitement présents dans le monde germanophone entre 1762 (publication de l’Émile de Rousseau, texte clé qui popularise le débat sur l’allaitement maternel) et environ 1820, période où la relation parent-enfant se reformule autour de nouveaux concepts. Je tente d’élucider pourquoi, dans de nombreux textes écrits par des médecins, philosophes ou écrivains de cette époque, l’allaitement maternel (souvent opposé à l’allaitement par des nourrices) devient un thème crucial, où se cristallisent préoccupations, craintes et discours sociaux.

Dans un deuxième temps, je cherche à retracer l’influence (ou non influence) de ces discours sur des pratiques « réelles » et des expériences vécues de l’allaitement ; cela constitue le questionnement central de mon travail. Or, l’analyse de seuls textes imprimés/édités, qui relèvent de points de vue somme toute dominants, pourrait occulter cette facette de l’allaitement. Prendre en compte des sources témoignant d’idées et d’expériences individuelles permet d’étudier des « cas » particuliers, et, ainsi, approfondir ou relativiser les informations obtenues par l’analyse des discours savants.

L’objectif général de mon séjour à Nuremberg était de repérer et d’étudier de telles sources « individuées », qui se trouvent le plus souvent dans les archives – et donc ne sont accessibles que sur place. Concrètement, j’ai consulté au Stadtarchiv Nürnberg une partie de l’intense correspondance que s’échangent au tournant du XVIIIème au XIXème siècle plusieurs membres de deux familles bourgeoises, les Roth et les Merkel. L’existence de ces sources, ainsi que leur potentielle pertinence pour mon projet de recherche, m’étaient connues grâce à l’ouvrage de Rebekka Habermas, Frauen und Männer des Bürgertums . Cependant, la réelle fécondité de ces sources pour ce qui est du thème de l’allaitement restait à vérifier sur place.

Aux archives de la ville de Nuremberg, j’ai suivi la trace d’un événement que Habermas mentionne brièvement : un conflit par rapport au sevrage d’Elise Roth, née en 1810. En partant des quelques lettres concernant l’allaitement mentionnées par Habermas, j’ai pu remonter à des dizaines d’autres lettres où ce sujet est abondamment discuté. En effet, l’allaitement donne lieu à de nombreuses questions intensément débattues, à prime abord entre mère et fille, mais aussi entre belle-mère et beau-fils. Quelle femme est assez forte et en santé pour allaiter son enfant ? Quand l’allaitement est-il bénéfique, quand devient-il nocif ? Quel est le meilleur moment pour sevrer l’enfant ? Quels moyens faut-il employer pour réussir le sevrage sans que la santé de la mère ni de l’enfant ne s’en ressente ? Et surtout : qui détient l’autorité nécessaire pour décider de ces questions ? La place considérable que ces questions occupent montre que l’allaitement était considéré comme un sujet important ; la façon dont elles sont abordées et élaborées dévoile les multiples enjeux dont l’allaitement pouvait être porteur. Ainsi deviennent visibles des enjeux corporels, relationnels et émotifs, mais aussi des enjeux de pouvoir à l’intérieur de la famille et du couple.

En résumé, j’ai pu constater durant ce séjour de recherche que les sources conservées aux archives de la ville de Nuremberg dépassaient en richesse et en densité toutes mes espérances – et je peux en dire autant des informations relatives à l’allaitement à l’intérieur des lettres étudiées. J’ai donc délimité un corpus que j’étudierai de façon approfondie , qui formera la base de la deuxième moitié de mon mémoire. L’étude de ce « cas d’allaitement » rendra possible de traiter non seulement des discours, mais aussi des pratiques et des émotions s’y rattachant, ce qui était mon principal – lointain – objectif lorsque j’ai entamé ce projet de recherche. Bref, le séjour à Nuremberg est la première étape me permettant de concrétiser l’objectif que je poursuis dans mon mémoire : aller au-delà de l’allaitement en tant qu’objet de discours, et esquisser un aperçu de son relief et de sa complexité d’activité humaine.

Martina Chumova