CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY
Affiche et info (186.1 ko)
le lundi 30 octobre 2017

Sur le statut de l’image dans l’œuvre de Primo Levi. Vers une approche intermédiale du témoignage littéraire

Vous êtes cordialement invité_e_s à la conférence de Guido Furci

"Sur le statut de l’image dans l’œuvre de Primo Levi. Vers une approche intermédiale du témoignage littéraire."

Lundi 30 octobre, 12h00

Université de Montréal

Carrefour des Arts et des Sciences, salle C-2059

Dans le cadre du séminaire LCO 6004 Poétique - Le trauma en héritage

Raconter « bien », c’est raconter « de façon à être entendus » – observait l’écrivain et homme politique espagnol Jorge Semprún. « On n’y parviendra pas sans un peu d’artifice. Suffisamment d’artifice pour que ça devienne de l’art ! » Face aux protestations que cette évidence provoque dans son entourage, et conscient qu’il a sans doute « poussé trop loin le jeu de mots », Semprún peine à préciser sa pensée jusqu’à ce que l’un de ses interlocuteurs intervienne dans son sens : dans un futur proche, « [les témoignages] vaudront ce que vaudra le regard du témoin, son acuité, sa perspicacité… » À partir d’une analyse du travail documentaire entamé par Primo Levi avec la rédaction du « Rapport sur Auschwitz » en 1946, notre exposé visera à problématiser ces affirmations, en soulignant, d’une part, l’importance du principe compositif du « montage » dans l’œuvre testimonial de cet auteur, d’autre part, le rôle que sont susceptibles de jouer les images, lorsqu’il s’agit de « réparer les fautes », accommoder souvenirs et blessures afin qu’ils déclenchent un récit peut-être « véritable », mais pas systématiquement « véridique ».

CV Guido Furci

Guido Furci (1984) a fait ses études à l’Université de Sienne (Philologie Moderne) et à l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle – où il a obtenu un doctorat en Littérature Générale et Comparée (titre de la thèse L’héritage nu. Mises en fiction du « témoin historique » Primo Levi – Aharon Appelfeld – Philip Roth). Il a également été élève de la Sélection Internationale à l’École Normale Supérieure de Paris (section « Lettres et Sciences Humaines », Major : Media Literacy, Minor : Film studies), Visiting Scholar au département de littérature française de l’Université de Genève, boursier de la FMS (Fondation pour la Mémoire de la Shoah) et Teaching Assistant à la Johns Hopkins University de Baltimore – qui vient de lui attribuer une Postdoctoral Fellowship pour l’année académique 2017-2018. Actuellement il poursuit ses recherches entre la France et les États-Unis ; parallèlement à ses obligations académiques, il travaille au sein d’institutions (École Suisse Internationale) et d’associations (Resome, ETISSON) qui s’occupent d’accueil, soutien et réinsertion scolaire ou professionnelle de réfugiés politiques et demandeurs d’asile. La plupart de ses contributions scientifiques portent sur l’analyse de discours à forte composante testimoniale. Parmi ses publications les plus importantes : Figures de l’exil, géographies du double. Notes sur Agota Kristof et Stephen Vizinczey (co-écrit avec Marion Duvernois). 2012.

http://krieger.jhu.edu/cams/people/

http://grll.jhu.edu/directory/guido-furci/