CCEAE/CCGES-Université de Montréal
--
ACCUEIL ENSEIGNEMENT RECHERCHE CONTACT CENTRE AT YORK UNIVERSITY
le jeudi 30 mars 2017

Les jeudis du cinéma allemand : La pianiste

Présentés par le Centre canadien d’études allemandes et européennes (CCEAE) et le IRTG, en collaboration avec le Goethe-Institut et le Département de littératures et de langues du monde

Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, C-3061

De 16 h 15 à 18 h 15

Entrée libre

Les jeudis du cinéma allemand reprennent leurs séances à l’Université de Montréal pour la troisième année consécutive ! Quatre longs-métrages issus de la culture germanique seront ainsi projetés durant la session d’hiver, à raison d’un film par mois, de janvier à avril, pour votre plus grand plaisir. Cette année, les jeudis du cinéma allemand s’inscrivent dans le cadre du cours ALL 3273 – Le roman allemand contemporain, et mettent à l’honneur le cinéaste et l’écrivain.

Jeudi 30 mars 2017

La pianiste

Attention ! Changement de salle : Pavillon Lionel-Groulx, C-3061 (3e étage) La pianiste, Michael Haneke, Autriche/France, 2001, 130 min (français) La projection sera précédée d’une brève introduction à deux voix assurée par Barbara Agnese et Jenny Brasebin du Département de littératures et de langues du monde (contact : jbrasebin@gmail.com).

Erika Kohut enseigne le piano au conservatoire de Vienne avec une intransigeance sans égale, n’hésitant pas à brimer ses élèves même les plus talentueux. Âgée d’une quarantaine d’années, elle vit seule avec une mère possessive et lorsqu’elle parvient à voler quelques instants de liberté, c’est pour se livrer à des pratiques sexuelles solitaires dans les cabines de peep-shows. Sa rencontre avec un jeune pianiste du nom de Walter Kemmle, qui devient son élève, bouleverse son existence. Refusant dans un premier temps de succomber à ses avances, elle tente de nouer avec lui une relation sadomasochiste. Cette adaptation du roman d’Elfriede Jelinek (prix Nobel de littérature en 2004) a valu à Michael Haneke le Grand prix du jury au Festival de Cannes 2001, ainsi que les prix d’interprétation féminine et masculine à ses deux principaux comédiens.